Jacques MARMET

Opticien alpiniste

Seven Summits

Ascension du Mont-Blanc par l’arête du Goûter avec Gaby et Didier

Retour

Et de deux !!!

Après mon ascension du MONT-BLANC le 27 juillet 2007, j’ai remis les couverts avec un couple charmant : elle a 63ans et lui 65ans, leur souhait était de gravir le MONT-BLANC pour la première fois, mais ensemble.

Départ dimanche des Houches (1000m) à 7h30 pour embarquer dans la télécabine de Bellevue, puis monter dans le train (1800m) en provenance de Saint-Gervais à 8h40 et commencer l’ascension au Nid d’Aigle à 2300m, montée tranquille sous un beau temps magnifique, apprentissage de l’utilisation des crampons et encordement sur le glacier du Bionassais à l’approche de Tête Rousse (3100m) puis la longue montée sur l’arête en direction du refuge du Goûter (3800m) que nous atteignions à 16h00 (soit 7h00 depuis le départ !! ).

Repos dans les dortoirs, dîner au 2éme service, le refuge était plein à craquer, puis nuit pourrie comme d’habitude, trop de bruit, trop de bavards et lever à 2h00 pour un départ à 3h00 sous un ciel étoilé, mais après une 1/2 heure de marche dans le 1er tiers du Goûter, coup de théâtre la femme craque et ne sent plus capable de continuer, problème comment faire pour traiter ce cas de figure, après concertation nous décidons de redescendre pour la ramener au refuge du Goûter et je prends avec moi uniquement le mari, résultat des courses un nouveau départ à 4h00 du refuge, le temps est beau, mais le froid est de plus en plus saisissant, au Vallot (4300m) l’onglet aux mains malgré les gants nous fait mal, les orteils ne sont pas mieux, le vent s’invite (40 à 60 Km/h) mais la vue reste dégagée, malgré les prévisions pessimistes et à 7h30 nous foulons le sommet, doublement heureux d’avoir réussit, lui pour la première fois, moi pour la 15éme, seul petit regret l’absence de son épouse. Après les photos traditionnelles nous entamons la descente, retrouvaille et congratulation au Goûter, après 2h30 de descente, mais pas le temps de s’attarder le train nous attend à 16h30 et j’appréhende la descente du couloir….Enfin à 16h00 le train est en vue après 1000m de dénivelé positif et 2500m négatif, arrivé à 17h30 aux Houches et retour à Strasbourg dans la foulée pour embrasser ma petite famille.