Jacques MARMET

Opticien alpiniste

Seven Summits

25ème Mont-Blanc juin 2014

Retour

Panorama vue sur Chamonix à gauche le Brévent à droite les Aiguilles de Chamonix

Dimanche 08 juin 2014,
Les prévisions météo pour ce week-end étant excellentes j’ai proposé à un ami de le guider pour son 1er Mont-Blanc, il est sportif accompli marathonien, Ultra TMB etc. Ce Mont-Blanc était pour moi dévaluer mon niveau d’entrainement pour mon projet Himalayen de septembre prochain et quoi de mieux que d’être accompagné par un sportif. Les conditions d’enneigements alimentés par ces derniers jours sont encore exceptionnelles en ce début juin, pour ceux qui connaissent environ 50 cm dès le Nid d’Aigle, mais cette neige, à cause du foehn était très molle, j’ai du faire la trace en enfonçant parfois à mi cuisse jusqu’à Tête Rousse, pour la 1ére fois (pour moi) il y avait une vague trace après la Cabane des Rognes qui était directe obligeant à escalader des parties rocheuses au lieu de serpenter sur un sentier agréable complètement disparu sous la quantité de neige.
Comme je fais d’habitude je suis parti samedi soir après le travail à 19h00, je suis arrivé à Chamonix à 23h00 pour récupérer Gérôme puis je suis allé garer ma voiture sur le parking du Bionnassay à 1350m d’altitude, nous avons dormi jusqu’à 03h00 dans la voiture et nous sommes partis à 04h00 pour tenter le sommet en une traite soit 3460m de dénivelé, mais pour mon compagnon qui découvrait ce type d’ascension et la haute montagne l’Arête du Goûter lui a posé problèmes, léger maux de tête, essoufflements,  fatigue excessive si bien que nous avons dû nous arrêter au Refuge du Goûter qui venait d’ouvrir et envisager de tenter le sommet le lendemain.

Le Lundi départ 03h00, dureté de neige parfaite, pas de vent, température environ -8° et nous sommes arrivés au sommet tranquillement en 04h45 , il y avait très peu de cordées à pieds par contre au Vallot à la montée comme à la descente nous avons rencontré beaucoup de cordées en ski de rando qui venaient des Grands Mulets . Après les photos nous sommes redescendus  assez prudemment d’ailleurs car la neige molle de l’arête du Goûter  ne nous mettait pas en confiance. Sous Tête Rousse impossible de reprendre notre voie de montée et c’est sur les fesses que nous avons glissé depuis le couloir sous le refuge de Tête Rousse jusqu’au Nid d’Aigle !! Pour arriver à la voiture vers 16h00 et reprendre la route dans la foulée pour rentrer sur Strasbourg………….

Panorama sur l'Aiguille du Midi et le Mont-Blanc du Tacul, vue de la sortie de l'arête du Goûter au dessus de l'ancien refuge