Jacques MARMET

Opticien alpiniste

Seven Summits

Articles de presse de Acuite

Retour

Rudy Project (Voir/Telecharger le fichier)

 



News du 07/01/2009 14:07
L'opticien Jacques Marmet remporte un challenge d'alpinisme au Népal avec un équipement de haute volée.

Après avoir achevé il y a un an le "Seven Summit", l'ascension des 7 plus hauts sommets de la planète, l'opticien strasbourgeois Jacques Marmet poursuit ses challenges de l'extrême : à 53 ans, l'alpiniste amateur vient de gravir les 4 plus hautes montagnes du Népal. Ce périple de 3 semaines, qui s'est achevé fin novembre, s'est déroulé en compagnie de son frère Jean-Pierre Marmet, 62 ans, opticien à la retraite (ex-propriétaire de deux magasins Optic 2000 à Meyzieu).
"Après le Seven Summit, je ne pouvais pas monter plus haut. J'ai donc choisi d'augmenter la difficulté technique en partant pour plusieurs sommets. J'ai opté pour le Népal, avec le Gokyo Peak à 5 360 mètres, la Kala Patthar à 5 545 mètres, le Cho la Pass à 5 330 mètres et l'Island Peak à 6 200 mètres" explique-t-il.

Difficile pour ce presbyte de trouver un équipement à la hauteur de ses défis : "je dois avoir une impeccable vision de près pour lire les données de l'altimètre, une excellente vision panoramique ainsi qu'une bonne perception des contrastes lors de la traversée des forêts". Pour cette nouvelle expédition, c'est Rudy Project qui lui promet ces bénéfices, avec son nouveau verre Impact RX fabriqué par Shamir. Dans un bref délai, le fabricant de lunettes de sport lui fournit la monture galbée Rydon, équipée de progressifs photochromiques avec addition +2.50D.

"J'ai été séduit par la vitesse d'adaptation et la qualité de vision panoramique que m'a offert cette paire de lunettes : il n'y avait aucune distorsion, même sur les côtés. Même constat en vision de près. Je n'avais absolument pas l'impression de porter des progressifs. L'incorporation de prismes de compensation évite les déformations qui pourraient être causées par le galbe. De plus, à 6 200 mètres, les verres étaient extrêmement foncés, entre une classe 3 et une classe 4*. En sous-bois, ils s'éclaircissaient et me procuraient les contrastes dont j'avais besoin pour distinguer les reliefs et ne pas chuter. Ce n'était qu'à la nuit tombée que je rechaussais mes verres blancs. C'est aussi un équipement que je peux utiliser tout au long de l'année, pour faire du VTT ou du bateau".

Rudy Project devrait ainsi être partenaire des prochaines expéditions de Jacques Marmet, qui ambitionne de nouveaux challenges dans les mois et années à venir. Il a été le 6ème Français et le 1er alpiniste amateur à réussir le Seven Summit.

*Jacques Marmet tient à rappeler que des verres de catégorie 4 sont nécessaires à cette altitude. Seule son habitude de la montagne et son peu de sensibilité à la lumière lui permettent de porter des verres de catégorie légèrement inférieure
 


Il faut gravir des pentes de 45° pour rejoindre l'arrête de l'Island Peak, à 6 200 mètres
 

 

Article de la revue profesionnelle ACUITE du 11/12/2007 (Voir/Telecharger le fichier)

 

News du 11/12/2007 18:14
Opticien et alpiniste, Jacques Marmet franchit le 7e sommet d'un challenge initié en 1994
Dimanche 1er décembre, Jacques Marmet, opticien à Strasbourg, s'est hissé sur le sommet du mont Vinson, en Antarctique, qui culmine à près de 4900 mètres. L'ascension, longue de 10 km, a été entreprise par une voie inhabituelle. Grâce au téléphone satellite qu'il avait emporté avec lui, Jacques Marmet a pu annoncer l'exploit à son épouse par ses simples mots : "je l'ai fait". Pour cet alpiniste non professionnel, l'ascension du Mont Vinson vient clore un défi qu'il s'est lancé il y a près de 14 ans : le Seven Summit. Inventé par un américain, ce challenge consiste à gravir les 7 plus hauts sommets de nos continents. Jacques Marmet est le 6e Français à parvenir au bout de ce périple dans les hauteurs, qu'une centaine d'alpinistes dans le monde - souvent des professionnels - est parvenue à accomplir.

Successivement, Jacques Marmet s'est donc attaqué avec succès aux façades de l'Aconcagua (Amérique du Sud, 1994), du Kilimandjaro (Afrique, 1996), du mont Mc Kinley (Amérique du Nord, 2000), de l'Elbrouz (Europe, 2002), de l'Everest (Asie, 2004), de la Pyramide de Cartensz (Océanie, 2007) et, en ce 1er décembre 2007, du mont Vison en Antarctique. Le surlendemain, l'opticien strasbourgeois s'est payé le luxe de gravir un sommet voisin, le mont Shinn, à près de 4800 mètres...
A son arrivée en Alsace, jeudi 6 décembre, Jacques Marmet a été accueilli par une cérémonie organisée par les Vitrines de Strasbourg (une association de commerçants) sur la place Gutenberg (celle où se tient le marché de Noël), non loin des deux magasins optiques dont il est propriétaire. A bientôt 52 ans, Jacques Marmet ambitionne d'entreprendre des ascensions qu'il qualifie de "moins spectaculaires sans doute, mais plus techniques". Rendez-vous est pris quelque part dans les chaînes de l'Himalaya.

 

News du 26/05/2004 (Voir/Telecharger le fichier)

 

News du 26/05/2004 10:46
Jacques Marmet, opticien à Strasbourg, vainqueur de l'Everest
 Jacques Marmet, opticien à Strasbourg, est arrivé en haut de l'Everest le 18 mai dernier, à une altitude de 8 850 mètres. Après une première tentative en 2001, cet alpiniste amateur, touché par le "démon des montagnes" s'était juré de retenter l'aventure.
L'exploit est maintenant accompli et ce, malgré une météo très mauvaise durant l'ascension. Il a d'ailleurs du attendre très longtemps au camp de base avant de profiter d'une éclaircie de deux jours pour arriver au sommet. Il a également souffert d'une ophtalmie des neiges car ses lunettes ont gelé. Actuellement, la neige a repris sur la région et ne facilite pas la descente. Il rejoindra ses proches et sa famille à Strasbourg le 5 juin prochain.
Une nouvelle victoire qui vient s'ajouter au palmarès de cet aventurier, après le Kilimandjaro, l'Aconcagua et le Mont Forel au Groënland.